Magazine Mouv'in
Mouv'in Mouv'in
   
mouv-in
Inscription à la newsletter

Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie

Rédigé le Dimanche 18 Octobre 2015 à 18:08 | Lu 472 fois



Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie
Où habites-tu ?
À Pouembout, dans le nord de la Nouvelle-Calédonie.
 
Depuis quand ?
À Pouembout, depuis janvier de cette année.
En Nouvelle-Calédonie, depuis 2001, avec un break de deux ans et demi (retour en Provence).
 
Quelles sont les raisons de ton départ ?
L’aventure. J’ai toujours rêvé de voyager.
 
Que fais-tu ?
Je suis entrepreneur.
 
Peux-tu me décrire une journée type là-bas ?
Pour la plupart des gens, la vie commence vers 5 heures, 5 heures et demie, à 6 heures, les boutiques sont pour la plupart déjà ouvertes, au plus tard elles ouvrent vers 7 h 30.
Du coup, à 16 heures, 16 h 30, la journée de travail est terminée.
En réalité, on fait comme vous, on vit avec le soleil, mais le soleil se lève plus tôt et se couche beaucoup plus tôt aussi. En ce moment, où nous sortons de la période fraîche et où nous allons vers l’été, le soleil se couche à 17 h 50.
Ils ont retardé le premier film du soir, il est maintenant à 19 h 45, mais jusqu’à peu, il était à 19 h 30. Il faut dire que lorsque l’on se lève à 5 heures, il est difficile de regarder un film, s’il commence comme en métropole, à 20 h 45.
 
Comment occupes-tu ton temps libre ?
Nous sortons en bateau, nous allons à la pêche en famille. Promenades, vol sur le lagon… Nous avons de quoi faire ici.
Ce qui est agréable, c’est le cadre de vie et la possibilité de changer d’air, en se croyant en vacances, tous les week-ends.
 
Quel temps fait-il en ce moment ?
En ce moment, nous sortons de l’hiver, il ne fait pas encore très chaud (en ce début d’après-midi, il fait 34 °C), mais il fait beau et les alizés sont très agréables.
 
/ Qu’est-ce qui t’a le plus surprise à ton arrivée ?
À mon arrivée, ce qui m’a le plus surprise, et ce qui choque la plupart des métropolitains qui arrivent, c’est le « cass’ pô la têt’ ! » local. Rien n’est jamais grave, rien n’est important, ce qui est un peu… déstabilisant. Le « Zoreille » qui débarque court toujours dans tous les sens, mais ici c’est tranquille !

Quelle est lexpression locale que tu utilises le plus ? Que veut-elle dire ?
Il y a énormément d’expressions ici et personnellement, même après tant d’années, je continue à utiliser notre « t’es fada ! », le plus souvent.
Je pense que même si on est loin et qu’on s’intègre à la vie d’un pays, il ne faut pas perdre ses racines et moi, je les cultive en gardant mon accent et mes expressions provençales.
Ah, si ! il y en a une que j’utilise, c’est le « tata », pour dire « ciao », « salut », « au revoir ».
 
10°Le plat typique ?
Le bougna, qui est le plat traditionnel mélanésien.
C’est un plat à base de viande ou de poisson, avec des légumes (manioc, tarot, igname, banane poingo, patate douce…) et du lait de coco. Le tout cuit dans des feuilles de bananier et dans un four mélanésien.
Pour le four mélanésien, ils montent un gros feu de bois, pour chauffer des pierres.
Ils placent ensuite le bougna sous les pierres chaudes et le recouvrent de terre.
La cuisson se fait à l’étouffée, grâce à la chaleur emmagasinée par les pierres.
La recette, non traditionnelle, est faite à l’identique dans une cocotte, sur le gaz, mais… c’est moins exotique !
 
11°La boisson locale ?
La number 1, c’est une des bières qui est faite ici.
Il y a aussi le Coca qui est fait ici et qui a été élu « meilleur Coca du monde », en 2005.
12°Quest-ce qui te manque le plus de Manosque ?
L’accent ! Ici, ils mangent la plupart des mots alors qu’à Manosque, on les chante, on les accentue, on les amplifie.
 
13°Quest-ce qui te manquerait le plus si tu partais ?
La clémence de vie.
 
14°Le retour, cest pour quand ?
Ce n’est pas du tout dans les projets, par contre en vacances, bientôt, j’espère.
 
15°Une phrase pour valoriser Pouembout et inciter les gens à y venir ?
Calme et repos sont les maîtres mots qui peuvent définir ce village.
 
16°Ce que les gens ne savent pas de Pouembout ?
Pouembout est dans le Grand nord calédonien, c’est ici que viennent les stockmans de la Calédonie.
 
17°Les coutumes locales (vestimentaires, professionnelles...) ?
Nous sommes dans un pays tribal, il y a donc beaucoup de coutumes à suivre lorsque l’on va en tribu. Bien sûr, ce n’est pas comme cela en ville, mais on se doit de respecter nos hôtes.
Dans le domaine vestimentaire, chacun s’habille un peu comme il veut. On ne suit pas la mode, certaines s’habillent en robe mission (la robe que les missionnaires ont fait porter aux Mélanésiennes quand ils sont venus coloniser le pays), d’autres sont toute l’année en claquettes et short, d’autres en jean et chapeau de cow-boy et d’autres encore restent toute l’année en habit fluo et chaussures de sécurité… Personne ne regarde ou ne juge personne, et c’est ça aussi qui fait la beauté du pays.
Dans le domaine professionnel, il y a plusieurs usines de nickel qui font vivre l’île.
 
18°Précise-moi le nom de la boîte pour laquelle tu bosses.
Je me suis depuis peu lancée dans un blogue professionnel qui ouvrira bientôt ses portes et qui s’appelle : Recettes sans sulfite (http://recettessanssulfite.com/).

Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie


Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie




Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie


Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie


Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie


Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie

Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie

Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie

Manosquin à l'étranger : Karine Maurel en Nouvelle Calédonie


Lu 472 fois
Sophie GUIOU

Facebook







Publicité

L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31