mouv-in
Inscription à la newsletter
   

[Théâtre] Les Filles aux mains jaunes


Rédigé le Jeudi 8 Mars 2018 à 17:38 | Lu 201 commentaire(s)


Le théâtre Durance accueille la compagnie Dynamo Théâtre, le samedi 17 mars, pour une représentation de leur pièce, Les Filles aux mains jaunes, qui porte un nouveau regard sur la Première Guerre mondiale.


14-18, loin des poilus et des tranchées, quatre femmes de générations et de conditions différentes fabriquent des obus dans une usine d’armement. Au milieu du bruit, de la fumée, de la chaleur, elles remplacent leur homme parti au front. On les appelle les « obusettes », ou encore « les filles aux mains jaunes », car la manipulation quotidienne de substances explosives et nocives colore durablement leurs mains et leurs cheveux.

Louise, jeune suffragette, est éprise de liberté. Jeanne est en deuil. Julie rêve d’amour. Rose espère son mari. Dans l’enfer de l’arsenal, le courage chevillé au corps, elles abordent une nouvelle vie, un nouveau destin, qui, discrètement, pose les jalons d’une révolution sociale à venir. Entre injustice, solidarité et désir de liberté, cette pièce porte un regard original sur les coulisses de la Grande Guerre. La justesse du texte et la sobriété de la mise en scène mettent en lumière le rôle fondamental qu’ont joué les femmes à cette époque pour l’acquisition de leurs droits. Militant sans être moraliste, Les Filles aux mains jaunes rend hommage à celles qui, dans l’ombre, luttèrent, persuadées qu’il s’agissait bien là de la « der des ders »…

 

L’émancipation féminine

Les Filles aux mains jaunes porte un nouveau regard sur la Première Guerre mondiale, en retraçant à travers elle l’histoire de l’émancipation féminine. C’est la première fois que cet événement est abordé au théâtre sous l’angle de la condition féminine. Cette fiction veut interroger et nourrir la réflexion sur ce que l’on retient de ce conflit, ce qu’il a amorcé en matière de bouleversements culturels dont nous sommes encore les héritiers, les époques qu’il a closes et les perspectives qu’il a ouvertes.

Qui étaient les « filles aux mains jaunes » ?

L’opinion publique les avait baptisées : les « munitionnettes », les « cartouchettes », ou encore les « obusettes ». L’histoire a retenu d’elles des images mythifiées, transcendées, des beautés héroïques façonnant l’obus qui allait décimer l’ennemi sur des cartes postales qui, aujourd’hui, font sourire par leur naïveté et leur désuétude. Pendant tout le temps de la Première Guerre mondiale, la nation en fit les héroïnes d’une nouvelle féminité.

L’auteur

Parallèlement à son métier de comédien, Michel Bellier est écrivain et plusieurs fois boursier (Centre national du livre, fondation Beaumarchais). Accueilli en résidence au Centre national des écritures du spectacle La Chartreuse, au théâtre d’O de Montpellier, à La Marelle à la Villa des auteurs de Marseille… Il a écrit une vingtaine de pièces qui ont toutes été jouées.

La metteur en scène

En tant qu’interprète et metteur en scène, Joëlle Cattino affirme depuis ses débuts une sensibilité pour la recherche d’une écriture scénique mêlant formes et styles, pièces contemporaines et adaptations de textes non théâtraux. Elle étudie la dramaturgie contemporaine, le jeu de l’acteur et le clown. Actrice au théâtre, elle a joué depuis 1984 plus d’une trentaine de pièces, notamment sous la direction de Jean-Louis Hourdin, Dominique Lardenois, Yves Fravéga… Depuis sa première expérimentation, elle a mis en scène plus d’une vingtaine de spectacles.

En janvier 2009 elle fonde la structure Dynamo Théâtre. Elle signe entre 2010 et 2013, quatre créations originales.

Info et billetterie

Samedi 17 mars – 21 heures

Tarifs : de 3 euros à 22 euros

Théâtre Durance – Les Lauzières

04160 Château-Arnoux-Saint-Auban

04 92 64 27 34

www.theatredurance.fr

 

 

> Samedi 10 mars – 10 heures
ATELIER DU SPECTATEUR

 

Rencontre à la médiathèque Louis-Joseph, dans le cadre du spectacle Les Filles aux mains jaunes. Jean-Christophe Labadie, directeur des archives départementales, et René Galvez, ex-employé de l’usine Arkema, sont invités à évoquer le rôle des femmes dans la fabrication du matériel de combat durant la Première Guerre mondiale, et plus largement le contexte historique et social du spectacle.

À la médiathèque Louis-Joseph.

Gratuit (réservation auprès du théâtre Durance)

 




Facebook


L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            

Galerie
sans titre
sans titre-297
sans titre-297-2
sans titre-295
sans titre-294
sans titre-291
sans titre-290
sans titre-288
sans titre-287
sans titre-286
sans titre-285
sans titre-284
sans titre-283
sans titre-282
sans titre-282-2
sans titre-278
sans titre-277
sans titre-277-2
sans titre-274
sans titre-273
sans titre-271
sans titre-270
sans titre-269
sans titre-267
DSC_5484
DSC_5483
DSC_5482
DSC_5480
DSC_5479
DSC_5478
DSC_5477
DSC_5476
DSC_5475
DSC_5474
DSC_5471
DSC_5469
DSC_5467
DSC_5466
DSC_5465
DSC_5464
DSC_5463
DSC_5462
DSC_5461
DSC_5460
DSC_5458
DSC_5457
DSC_5456
DSC_5455

Téléchargement
0103MOUVIN_WEB.pdf
Archives - 12.2 Mo - 02/04/2016
102MOUVIN_WEB.pdf
Archives - 15.04 Mo - 02/04/2016
MOUVIN_101_WEB.pdf
Archives - 13.12 Mo - 29/01/2016
099MOUVIN WEB.pdf
Archives - 10.49 Mo - 04/11/2015
MOUVIN 100_WEB.pdf
Archives - 20.96 Mo - 01/12/2015




   


Galerie
1-385
P1460737
1-320
DSC_5227
IMG_7298
DSC_0188
P1430061
sans titre-703
IMG_0088
DSC_0298
sans titre-273
DSC_0618
DSC_0327
P1420095
DSC_0238
DSC_0479
DSC_5941
sans titre-625
DSC_0364
1-263
P1450959
1-227
1-502
P1420367
1-20
DSC_4670
1-265
DSC_0011